Interview de Thomas, chercheur et créateur d'applications

Nouvel avertisseur en cas d'alerte, le clairon signalisateur, Agence Meurisse, 1917. BNF, Gallica

Ce n'est pas une, mais deux applications que Thomas a créées pour faciliter l'utilisation de Gallica : le moteur de recherche dans le "Fichier Bossu", utile pour les historiens de la franc-maçonnerie  et Gallica Alertes, qui peut servir à toute personne qui fait des recherches régulières dans Gallica.

 

Avatar de Thomas : Mineur de la Vallée de Ste-Marie-aux-Mines et des Mines de Potasse de Mulhouse, en costume d'apparatBonjour Thomas, pourriez-vous vous présenter ? La conception de ces deux outils  implique de solides connaissances en histoire et en programmation informatique. Et votre profil nous intrigue...

Si je commence par le commencement, je suis un universitaire qui a eu la chance de suivre une formation en "ingénierie de l'information et de la connaissance", ce qui m'a permis de développer une vision trans- et pluridisciplinaire de mon environnement. Du coup, que ce soit dans ma vie professionnelle ou extra-professionnelle, dès qu'il est question de croisement entre plusieurs domaines de recherche, cela m'intrigue et me captive.

Ainsi, étant passionné par l'informatique, l'histoire et la bibliothéconomie, je dois dire que les méthodes et pratiques des humanités numériques me sont assez naturellement apparues comme un domaine de recherche enrichissant, dans lequel je voulais m'investir.

Dans ce cadre, avec Gallica, la conception et le développement d'applications liées à de gros jeux de données et leur cartographie sont devenus pour moi un véritable passe-temps.

 

Avatar de Thomas : Mineur de la Vallée de Ste-Marie-aux-Mines et des Mines de Potasse de Mulhouse, en costume d'apparat

 

La mise en ligne du Moteur de recherche "Fichier Bossu" est donc liée à un passe-temps ?

Non. Si j'ai conçu et développé cette application, c'est uniquement pour répondre à un intérêt personnel : celui de pouvoir m'aider et me faire gagner du temps dans mes propres recherches en histoire.

Le Fichier Bossu a toujours été pour moi un précieux outil me permettant de savoir si tel personnage, dont j'ai croisé le nom dans des sources manuscrites ou imprimées, a pu être franc-maçon.

Souhaitant pouvoir interroger ce Fichier de façon claire, rapide et simple (et surtout sans avoir à me déplacer à la BnF), dès qu'il a été mis en ligne sur Gallica en 2014, j'ai vite décidé de "hacker" Gallica.

Après avoir récupéré toutes les images et les métadonnées des fiches de ce Fichier, j'ai pu traiter et analyser les données, et ainsi créer un premier moteur de recherche fort utile pour mes recherches. Sans oublier de faire de la cartographie des entités nommées extraites dans les fiches.

Ensuite, étant par nature favorable à la diffusion, au partage et à la valorisation du savoir, j'ai vite décidé d'adapter mon prototype pour mettre en ligne une application disponible pour tous.

 

Et votre autre projet, Gallica Alertes, pourquoi ?

Là encore, c'était avant tout un projet répondant à un besoin personnel : celui de ne plus avoir à interroger régulièrement Gallica, avec une longue liste d'expressions de recherche (expressions que j'oubliais souvent d'une semaine sur l'autre), pour identifier les derniers documents pouvant m'intéresser. Je tenais plutôt à recevoir un courriel, de façon automatique, à chaque fois qu'un nouveau document pouvant m'intéresser était indexé dans Gallica. Avec en liens la vue "rapport de recherche", tellement pratique.

Après plusieurs mois d'utilisation, en tant que chercheur, je dois avouer que c'est extrêmement pratique et utile ! Je suis certain que cela intéressera d'autres Gallicanautes.

Logo de Gallica Alertes,a vec en image de fond la photographie "Nouvel avertisseur en cas d’alerte, le clairon signalisateur", Agence Meurisse, 1917

Logo de Gallica Alertes, avec en image de fond la photographie

Nouvel avertisseur en cas d'alerte, le clairon signalisateur, Agence Meurisse, 1917

 

Que représente Gallica pour vous ?

Je définis Gallica comme une "mine de matières premières d'une richesse illimité".

Les Gallicanautes peuvent extraire dans le gisement à leur disposition des informations qui sont pour eux d'une grande qualité, qu'ils n'ont plus qu'à exploiter et éventuellement valoriser selon les cas.

Et ce qui est fort dans tout cela, c'est que les Gallicanautes ne sont pas obligés d'emprunter et d'exploiter les galeries "officielles" proposées par la BnF ; ils peuvent aussi (en toute légalité, sans quotas d'extraction et d'exploitation, c'est incroyable de nos jours !) creuser et forer dans d'autres puits, ceux proposés par les hackeurs de Gallica.

Quelle chance qu'un tel gisement soit ainsi accessible et ouvert ! :)

 

Votre plus belle trouvaille dans Gallica ?

Un document iconographique du XVIIe siècle que je ne connaissais pas et qui m'a été fort utile pour mes recherches :

La Marche observée à la montre de Messieurs les Chevaliers de toutes les villes venus au prix général faict à Reims le 15 juin 1687

La Marche observée à la montre de Messieurrs les Chevaliers de toutes les villes venus au prix général faict à Reims le 15 juin 1687

 

Si vous pouviez changer une seule chose à Gallica pour que tout le monde, des enfants aux adultes, des spécialistes au grand public éloigné de la culture, puisse s'en approprier les ressources, que serait-ce ?

Honnêtement, j'apprécierais une meilleure mobilité de Gallica, tant du côté de l'application pour tablettes et smartphones que de la version mobile du site internet.

 

Etes-vous plutôt maker ou hacker ?

Je ne souhaite pas me ranger spécifiquement sous l'une ou l'autre bannière. Je suis à la fois détourneur, bidouilleur, faiseur, butineur, communicateur, inspiré, mais aussi un ennemi des modèles verticaux dans le cadre des projets d'ingénierie et de recherche. ;)

 

GIF ou émoticône ?

J'ai toujours trouvé les GIF old school.

J'utilise pas mal les émoticônes.

Mais je préfère plutôt les #hashtags. Sans doute à cause de mon obsession pour le classement, l'indexation et l'aide à la recherche. ;)

 

Merci d'avoir répondu à nos questions !

Pour en savoir plus sur Thomas, visitez son site personnel.

Retrouvez dans la Boîte à outils les fiches sur le Moteur de recherche "Fichier Bossu" et sur Gallica Alertes.

Mots-clé: 
moteur de recherche
alertes
interview
histoire
bases de données
applications
Gallicanaute

Ajouter un commentaire

Billets récents