Sur les traces des premiers disquaires parisiens avec Gallica

Au travers d'une carte interactive, le site Disquaires de Paris rend hommage aux disquaires et vendeurs de cylindres phonographiques qui, dès la fin du 19ème siècle, ont permis aux Parisiens de découvrir l'enregistrement sonore. Des premiers vendeurs de phonographes aux grands magasins de la Belle Époque, des réparateurs de TSF aux disquaires arméniens de Belleville, des centaines de commerces, spécialisés ou non dans la vente de musique enregistrée, ont existé aux quatre coins de Paris. Disquaires de Paris tente de raconter un bout de leur histoire en proposant pour chacun des témoignages visuels : publicités, pochettes illustrées, tampons, vignettes, cartes postales... Des recherches aux Archives de Paris ont permis de déterminer la date de création et de fermeture des différents commerces figurant sur la carte, grâce notamment à la consultation de l'ancien Bottin du commerce et des archives du Tribunal de Commerce de Paris. Une frise chronologique située au dessus de la carte permet de naviguer dans le temps et d'afficher ou non les commerces en fonction de leur période d'activité.

                     

Les éditeurs phonographiques, les constructeurs de machines parlantes et les revendeurs de cylindres et disques enregistrés ont très tôt utilisé la presse écrite pour faire la promotion de leurs produits. Le fonds de presse ancienne numérisée disponible dans Gallica, à commencer par les principaux quotidiens, s'est ainsi avéré être une vraie mine d'or pour trouver des illustrations et des mentions dans des articles ou des petites-annonces. Les revues spécialisées dans les domaines de la musique, du spectacle et des sciences et techniques ont également permis de retrouver la trace de certains commerces à l'existence très brève.

D'autres témoignages visuels ont été trouvés grâce à un travail de recherche minutieux dans le fonds de photographies anciennes de Gallica et de certains de ses partenaires, à commencer par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Cet aspect du projet s'est révélé passionnant car un détail parfois anodins d'une photographie et pas nécessairement mentionné dans sa notice peut fournir des éléments fort utiles pour documenter l'histoire des anciens marchands de disques et cylindres. La mise en ligne de nouvelles revues dans Gallica permet d'ailleurs au site d'être régulièrement mis à jour, au grè des découvertes. En complément de cette recherche iconographique dans Gallica, la commmunauté des collectionneurs privés de disques 78 tours et de cylindres phonographiques a été largement mise à contribution pour alimenter le site.

Disquaires de Paris est à l'initiative de Thomas Henry, collectionneur de disques 78 tours et auteur du blog Ceints de bakélite. Le site a été développé par Stéphane Cure, de l'agence Douny, et utilise le service de cartographie Open Street Map.

 

Mots-clé: 
cartographie
Musique

Ajouter un commentaire

Billets récents

Calendrier